Rechercher
  • Emilie

Les interdictions liées au CBD

Dernière mise à jour : 9 juil.


Il y a encore beaucoup de personnes qui se demandent si le CBD est légal, si c’est une drogue, une drogue récréative, une drogue légale…

Les médias en parlent, en France les arrêtés sont modifiés/suspendus tous les quatre matins ! ON EST PERDU !


« Si c’est légal, que ça a des effets positifs sur notre bien-être alors pourquoi est-ce interdit pour les mineurs, les femmes enceintes… ?

- On interdit la vente d’alcool, de tabac et de certains médicaments aussi à ces mêmes personnes, ce n’est pas pour autant que ces substances sont interdites ou illégal ou classées comme des drogues. »


Avant toutes choses mettons les choses au clair (si jamais vous doutez de mes propos) sur l’interdiction ou non du CBD, sa légalité, … voici quelques liens/PDF utiles :


Article de l’organisation mondial de la santé :

https://www.who.int/fr/news-room/questions-and-answers/item/cannabidiol-(compound-of-cannabis)


Pour donner suite à cet article, le 18 juillet 2018 l’OMS a rendu un rapport :



Enfin, ce que dit l’agence française de lutte contre le dopage :

https://ressources.afld.fr/cannabis-et-cannabidiol-cbd/


D’ailleurs l’agence anti-dopage prévoit au cours de l’année 2022 de réexaminer l’interdiction du cannabis avec THC, c’est vous dire !


MINEURS


Il n’y a pas officiellement de texte interdisant ou non la vente de CBD aux personnes mineures. Le problème est que dans certains produits comme les fleurs, les huiles full spectrum/spectre complet, les thés avec des fleurs dedans, il y a du THC, en faible dose (inférieur à 0,3%).

Voilà ce que dit l’Etat concernant la prise de cannabis (avec THC) sur les jeunes de moins de 25ans :


« Jusqu’à environ 25 ans, le cerveau est dans une phase de maturation. Des recherches en imagerie ont montré que les adolescents sont dans un état unique de transition et de remodelage cérébral qui les rend plus vulnérables aux effets des substances psychoactives.

Les études montrent que la consommation de cannabis à l’adolescence entraîne des perturbations cognitives, physiologiques et comportementales d’autant plus délétères et persistantes que les consommations sont précoces (en particulier avant 15 ans) et régulières et qui peuvent persister à l’âge adulte (y compris après sevrage). »


Alors oui c’est vrai là on parle de THC et pas de CBD, mais comme je vous le disais plus haut dans certains produits le THC est présent et même à faible dose nous déconseillons donc toutes prises sur les personnes mineures. Avis personnel qui reste un avis non médical, n’étant toujours pas médecin. 😉


FEMME ENCEINTE


On pourrai penser que la question est moins fréquente, pas du tout !

J’ai entendu dire que certains médecins ne seraient pas contre et que certaines femmes enceintes en prendraient pour soulager nausées et douleurs. Cela semble sans risque pour elle et pour leur futur enfant. Je tiens tout de même à rappeler que si c’est votre cas, ou que vous l’envisager, ne le fumez pas ! Restez sur des produits à base de CBD sans THC, pas inférieur à 0,3%, non vraiment des produits uniquement à base de CBD. Bon après je ne suis toujours pas médecin et chacune est libre de ces choix pendant sa grossesse.

Rappelons tout de même que nous n’avons pas encore beaucoup de recul sur le sujet, comme vous vous en doutez.

“Pour une grossesse zéro risque, dès l’arrêt de la contraception, c’est 0 alcool, 0 tabac, 0 cannabis”


FEMME ALLAITANTE


On reste dans le thème ! Bon alors là encore les avis sont partagés… « Oui mais selon une étude, il n’y aura pas de trace de CBD dans le lait de la mère ». Qui suis-je pour contredire une étude ? Personne, c’est vrai, mais je ne peux que vous recommander d’être vigilante.

Le CBD étant une substance liposoluble, c’est-à-dire qui est soluble dans l’huile, le lait étant un corps gras… il y a quand même de forte chance que celui-ci soit présent dans le lait maternel. Est-ce que cela serait néfaste pour l’enfant ? Encore une fois nous n’avons pas assez de recul sur le sujet et il y a un manque évident de recherches pour prouver quoi que ce soit dans un sens comme dans l’autre. Je ne peux donc que vous conseillez d’être très vigilante et dans parler avec votre médecin traitant, votre sage-femme et/ou votre gynécologue.


MEDICAMENTS


DEMANDER CONSEIL A VOTRE MEDECIN !


Bon j’ai quand même deux ou trois choses à vous dire c’est vrai.


Tout d’abord, le CBD et vos médicaments ne sont peut-être pas compatibles. En effet le CBD peut avoir le même effet que le pamplemousse.


Qu’est-ce que je raconte avec mon pamplemousse ?


Certains de vos médicaments, quand vous les prenez ont besoin pour être efficaces / pour être éliminés de subir des modifications, et ces dernières se déroulent dans le foie grâce aux enzymes hépatiques (voyez cela comme les petits ouvriers de cet organe). Certaines

« substances » vont induire un fonctionnement modifié de ces enzymes, c’est notamment le cas si vous prenez du CBD ou du pamplemousse 😉 Du coup votre médicament ne sera plus aussi efficace ou bien « trop » efficace car votre organisme aura plus de mal à l’éliminer.


Du coup un petit rendez-vous avec votre médecin traitant pour avoir plus d’informations est de rigueur avant toute prise de CBD, démarche importante d’autant plus si vous avez un nombre important de médicaments, ou bien de traitements obtenus par ordonnance. Vous serez ensuite si vous avez le droit au pamplemousse et au CBD ou s’ils vous sont déconseillés.


Le médecin est ok, pas de contre-indication, alors vous pouvez vous lancez en toute sérénité 😊 dans le cas contraire, il est important de respecter les consignes de son médecin, et la volonté de consommer du CBD ne doit pas induire l’arrêt de votre traitement. Il faut donc retenir que la prise de CBD ne se substitue pas à un traitement médicamenteux.


Si votre médecin n’est pas en désaccord avec une éventuelle consommation de CBD de votre part, mais que celui-ci est opposé au CBD en général, il est catégorique « le CBD certainement pas, je suis contre !» rien ne vous empêche de demander l’avis plus « personnalisé » d’un autre praticien de santé. Mais n’oubliez pas qu’ils sont médecins et pas nous.


Vous l’aurez compris en cas de traitement le maitre mot c’est MEDECIN !

Je sais ça peut paraître barbant et répétitif « demander conseil à votre médecin » mais tout cela c’est pour votre bien-être. 😊


CONDUITE


HA ! Le CBD et la conduite… Je pense que si nous pouvions mettre les petits pictogrammes comme sur les boites de médicaments nous le ferions !


En effet pour les produits contenant du THC, il est fort déconseillé de prendre le volant en ayant consommé ceux-ci. Même si le taux est infime (inférieur à 0,3%) il est détectable au test salivaire que les gendarmes peuvent vous faire pour détecter la prise de stupéfiant, et vous vous doutez bien que même si vous jurez sur tout ce que vous avez de plus précieux que vous ne consommez que du CBD ils ne vous croiront probablement pas. Si vous avez consommé du CBD avec un taux de THC inférieur à 0,3% laissez passer 6h avant de prendre le volant.


Pour rappel les cosmétiques ne contiennent aucune trace de THC et ne provoquent pas d’effet indésirable à la conduite. (En tout cas pas ceux vendus sur notre site 😉)


Les huiles broad spectrum non plus ne contiennent pas de trace de THC détectable. Malgré tous les produits à base de CBD : huiles, thés, infusions ou bonbon ont pour but de vous détendre et de vous relaxer, mais il suffit d’un dosage un peu trop fort et vous risquez une certaine somnolence, un effet de relaxation trop important qui peut être très dangereux en voiture.


Soyons clair, si vous n’avez jamais essayé le CBD, que c’est la première fois, essayez le chez vous en étant sur de ne pas avoir le volant à prendre dans les heures qui suivent. Si vous voulez un conseil essayez le un dimanche où vous ne faites rien ou en fin d’après-midi/début de soirée. Ne l’essayez pas juste avant de dormir vous ne pourrez vous rendre compte des effets que celui-ci a sur vous ! Et à force d’expérience, vous saurez comment réagit votre corps et serez plus à-même de prendre la bonne décision.


CE QUE L’ETAT DIT


Vous en avez surement entendu parler, l’Etat n’est pas franchement favorable à tout ce qui touche le cannabis en général. Malgré tout il a fait quelques efforts ces dernières années en autorisant les produits à base de CBD avec un taux de THC inférieur à 0,2% et depuis le 30 décembre 0,3%. En ce qui concerne les fleurs brutes ainsi que les feuilles… c’est une tout autre histoire, l’état ne lâche pas le morceau et continue d’essayer de l’interdire.


Pourquoi dis-je essayer ? Parce qu’a chaque fois leur arrêté ne tient pas vraiment la route et est donc suspendu. C’est ce qui s’est passé ce mois-ci (janvier 2022).

Voici le lien concernant l’arrêté du 30 décembre 2021, il est stipulé en haut que l’alinéa du II de l’article 1er de l’arrêté est suspendu jusqu’à ce que le Conseil d’Etat se prononce définitivement.


https://www.drogues.gouv.fr/actualites/cbd-nouvel-arrete-paru



Vous l’aurez sans doute remarqué, on ne parle pas vraiment d’interdiction, pour chacun des cas présents on parle surtout de « déconseiller ». Encore une fois chacun est libre de faire ses propres choix, mais le but de la consommation du CBD à mon avis est avant tout le bien-être, et il serait dommage de ne pas faire suffisamment attention et par conséquent de ne pas prendre soin de vous 😊


Comme toujours un énorme merci pour votre lecture, si vous ne comprenez pas quelque chose, que vous estimer que j’ai oublié un sujet, n’hésitez pas à me laisser un commentaire et j’essayerai de résoudre le problème.


Un énorme merci à mon beau-frère futur médecin qui m’a aidé à écrire la partie sur les médicaments.



Emilie

39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout